Les bouchons et le vin

Partagez ce post:

Nous produisons du vin depuis des millénaires et les techniques de production, viticulture, vinification et conservation du vin n’ont cessé de se développer au cours des siècles. C’est aussi le cas des techniques d’étanchéité des vins, de conservation des vins et donc des bouchons.

Le bouchon joue un rôle décisif sur l’évolution du vin et son goût et un bouchon peut détruire le travail des vignerons, c’est pour cela qu’il est essentiel de bien le choisir.

Aujourd’hui nous utilisons principalement 5 types bouchons différents pour assurer l’étanchéité d’une bouteille de vin.

LES BOUCHONS TRADITIONNELS EN LIège

Le bouchon en liège est utilisé très tôt dans l’histoire du vin, nous attestons déjà de son utilisation par les Grecs et les Romains pour le scellement des amphores même si l’utilisation de cuir, cire ou argile est plus fréquemment développée. Une amphore contenant des traces de vin, trouvée à Ephèse datant du 1er siècle avant J-C fait preuve de leur utilisation.

Les amphores sont remplacées ensuite par les tonneaux à la fin de l’empire romain, du fait de leur facilité de transport et le liège à usage viticole est donc délaissé à partir de cette époque.

C’est au 17ème siècle que le liège refait son apparition et devient le matériau d’étanchéité le plus estimé grâce à l’invention et la normalisation des bouteilles en verre.

Le bouchon de liège est conçu à partir de l’écorce de chêne-liège qui sera séchée pendant 6 mois avant de la faire bouillir dans de l’eau propre afin de nettoyer la planche d’écorce et extraire certaines substances (tannins et sels minéraux). Nous procèderons ensuite à la découpe de l’écorce, le « tubage » pour obtenir le bouchon de liège de forme cylindrique.

Avantages :

– Le bouchon de liège comporte plusieurs avantages pour la conservation du vin et de nombreuses qualités techniques. Il est fait d’un matériau léger, imperméable, élastique et compressible avec des qualités d’isolation techniques.

– Le liège empêche l’air de s’infiltrer dans la bouteille et d’entrer au contact du vin (en tout cas en quasi-totalité) et donc empêche l’oxydation du vin !

– Mais il ne manque pas d’air : il laisse une infime quantité d’oxygène rentrée qui est utile car cela permet d’expulser certains arômes indésirables tout en prenant en maturité : les vins se développe une complexité et les tannins s’assouplissent. C’est petite oxygénation permet aussi d’éliminer les sulfites qui ont été ajoutés au cours du processus d’embouteillage afin de conserver la fraicheur du vin et éviter l’oxydation.

– Il fait le charme de la tradition des vins.

Inconvénients :

– Il peut donner au vin un goût de bouchon par la possible infection par le TCA.

– La production mondiale de liège est trop faible et ne permet pas de subvenir aux besoins en bouchons de l’industrie du vin. C’est entre autres pour cela que d’autres techniques de fermeture des bouteilles de vin ont été développés.

Les bouchons agglomérés ou colmatés à base de liège

Cette technique permet de garder le charme de la tradition du bouchon en liège tout en réduisant les risques d’infection par la TCA (le goût de bouchon).

Le DIAM ou bouchon de liège aggloméré est fabriqué à partir de particules de liège collées ensemble afin de former un bouchon.

Avantages :

– Le DIAM permet d’éviter les problèmes d’oxydation des vins ainsi que la pré-moisissure du bouchon. C’est l’authenticité du bouchon de liège sans le goût de bouchon !

– Il préserve mieux l’évaporation du CO2 présent dans la bouteille que les bouchons traditionnels en liège et donc cela permet de limiter l’apport de CO2 au moment de l’embouteillage tout en garantissant une protection similaire.

Inconvénients :

– Utilisé le plus fréquemment pour des vins d’une durée de garde de moins de 6 mois car il ne permet pas les mêmes qualités de conservation et de vieillissement qu’un bouchon traditionnel.

Les capsules à vis

La capsule à vis est constituée d’une base métallique et agrémentée d’une doublure collée à l’intérieur du bouchon. Cette doublure assure l’étanchéité en venant se coller sur le rebord du goulot de la bouteille lorsque la capsule est vissée. Il est particulièrement utilisé en Australie.

Avantages :

– un avantage pratique pour le consommateur car elle permet un dévissage et rebouchage facile.

Inconvénients :

– Il peut arriver qu’il y ait des problèmes d’application de la capsule lors de leur mise en bouteilles et cela provoque une absence d’étanchéité et donc des risques de sur exposition au CO2.

– Un désavantage culturel pourrait survenir notamment en France, où les gens apprécient le son du bouchon qui saute et n’abandonneront pas de sitôt l’utilisation du bouchon traditionnel.

Les bouchons en verre

Le bouchon en verre était très répandu avant le 17ème siècle mais il était utilisé avec un tissu faisant office de joint et cela posait des problèmes au moment de l’ouverture de la bouteille car les bouchons de verre n’étant pas faciles à retirer et il y avait des risques de casse de la bouteille. De plus c’était un produit couteux et difficile à produire car tout comme les bouteilles ils étaient soufflé à la main. Aujourd’hui ce type de bouchon permet une étanchéité parfaite à l’intérieur de la bouteille qui est scellé grâce à un joint en matière synthétique et en forme d’anneau qui vient se coller au goulot de la bouteille.

Avantages :

– il permet de préserver les qualités de fraîcheur des vins de petite garde.

– Une connotation luxueuse et son élégance.

Inconvénients :

– Ce type de bouchon permet une trop grande étanchéité et cela est néfaste pour le vin (et oui il faut trouver le juste équilibre entre pas assez et trop d’air). Il ne permet donc pas d’échange d’oxygène dans le vin et ne permet alors pas un long vieillissement, il sera donc utilisé pour un vin de consommation rapide.

– Un cout de production très élevé (3€ en moyenne).

Les bouchons synthétiques

Ce type de bouchon a été développé il y a environ 20 ans. Il est fabriqué à base de résines polymères, qui est un dérivé du pétrole.

Avantages :

– Nettement moins coûteux que les autres bouchons.

– Avec ce procédé, contrairement aux bouteilles de vin à bouchons en liège, il n’est pas nécessaire de conserver la bouteille couchée car la matière du bouchon n’est pas sujette à la déshumidification.

– Il peut être décliné dans différentes couleurs et cela peut être un plus pour le packaging du produit.

Inconvénients :

Un manque d’étanchéité : il laisse entrer trop d’air et peut provoquer l’oxydation du vin.

– Une dénaturation des arômes du vin : ils peuvent endommager le vin par la transmission d’une odeur de caoutchouc ou de produits chimiques.

– Un manque d’attractivité. Ce type de bouchon n’est pas un marqueur de qualité dans l’esprit du consommateur, bien au contraire il est assimilé à des vins de qualité moindre, voire bas de gamme.

X
%d blogueurs aiment cette page :